Towards a global vision and partnership on the Sustainable Land and Climate Risk Management

Commitments from CILSS

Le CILSS avec ses deux institutions spécialisées (Centre Régional AGRHYMET, l’Institut du Sahel) est depuis plus de 30 ans sur le terrain de l’opérationnel dans différents domaines de compétences :

  •  Les appuis à l’élaboration des politiques de Sécurité alimentaire et de LCD
  • Systèmes d’information pour la SA et la GRN avec un réseau parfaitement organisé qui permet
  • Renforcement des capacités des cadres des pays à travers les formations diplomantes et les formations continues sur les thèmes de l’agro-hydro-météorologie et télédétection
  • Recherche capitalisation et diffusion des meilleures expériences
  • Appui à la société civile pour la mise en œuvre de micro-projets de LCD

La zone de couverture des actions du CILSS s’étend de nos jours à toute l’Afrique de l’Ouest.

En rapport avec la  GMV, il convient de rappeler que six des onze pays concernés par la composante sahélienne dela GrandeMurailleVerte sont de l’espace CILSS.  Il s’agit : du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad et du Sénégal. Le CILSS,  en tant que institution technique créée pour coordonner les efforts de lutte contre la désertification et la sécheresse en vue d’assurer la sécurité alimentaire au Sahel, ne peut rester à l’écart de la mise en œuvre de ce programme. Le dernier sommet des chefs d’Etats et de Gouvernement tenu en mars 2010 à Ndjamena a du reste recommandé au CILSS de s’impliquer fortement  dans la mise en œuvre de la Grande Muraille Verte.

Aussi, l’appui du CILSS pourrait s’inscrire aussi bien dans la phase préparatoire du programme que dans sa mise en œuvre.

Durant la phase préparatoire

  • Appuyer à l’élaboration de la situation de référence (biophysique et socio-économique). Le CILSS dispose de bases de données (populations, pluviométrie, productions agricoles), et des outils de télédétection/SIG,
  • Capitaliser les expériences scientifiques et endogènes en matière de Lutte contre la désertification et élaborer  des guides de techniques labellisés « Grandes Muraille verte »

Durant la phase d’exécution, le CILSS est en mesure de :

  • Financer des microprojets portés par des collectivités décentralisées. Nous démarrons en effet pour la période 2011-2015 et l’appui financier de  l’UE, le FFEM et le CRDI, deux programmes d’un montant d’environ 20 millions d’Euros.
  • Dans ce cadre, nous pourrons financer des projets de taille moyenne (120 000 euros à 300 000 euros). Nous sommes entrain d’organiser des discussions avec les pays pour identifier les zones d’intervention et les actions en lien avec leur priorités nationales. Dans ce cadre, nous allons appuyer la mise en œuvre de la GMV
  • Pour la gestion et le partage de connaissance, ces nouveaux financements vont nous permettre de mettre en place et d’animer une plateforme pour la gestion des connaissances sur les changements climatiques et les meilleures pratiques de GDT et d’adaptation aux CC
  • Pour le suivi-évaluation, nous développons une méthode de capitalisation multi-acteurs qui pourrait être répliquées pour les besoins de SE des impacts de la GMV. Nous avons du reste un partenariat très dynamique avec l’OSS sur le SE.
  • Coordonner la mise en œuvre des projets transfrontaliers
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :